Nature & Progrès et le Pan Europe saluent la plainte de Bruxelles devant la Cour Européenne de justice concernant le glyphosate

COMMUNIQUE DE PRESSE 

Nature & Progrès et le Pan Europe sont aujourd’hui présents au cabinet de la Ministre Bruxelloise Céline Frémault afin de débattre de la décision de recours contre la décision de la Commission européenne de reconduire le glyphosate.

Nature & Progrès et le PAN tiennent à saluer la décision de la région bruxelloise dans ce dossier.. Reconnaissons que la position de la Ministre s’inscrit d’une part dans une demande des citoyens et d’autre part dans une situation politique belge qui va vers la sortie du glyphosate. En effet, pour rappel, la région wallonne et la région bruxelloise ont interdit l’utilisation de glyphosate et le gouvernement fédéral plaide pour une sortie de la molécule avec un phasing-out de 5 ans .

En effet, Sur décision du Gouvernement wallon, l’utilisation de produits phytopharmaceutiques contenant du glyphosate est depuis ce 1er juin 2017 interdite en Wallonie pour les particuliers.

Le Gouvernement régional wallon a jugé indispensable d’appliquer le principe de précaution face aux incertitudes scientifiques concernant le glyphosate.

Depuis octobre 2016 et la révision du décret « Pesticides », la Wallonie peut en effet restreindre ou interdire sur son territoire l’utilisation de pesticides contenant des substances actives présentant un risque pour la protection de l’environnement, pour la santé humaine ou pour la conservation de la nature.

Nature & Progrès et le Pan Europe attendent du gouvernement wallon un engagement fort à la suite de la décision de la ministre bruxelloise. En effet, de nombreuses études critiques sur le Roundup ont été publiées confirmant son caractère dangereux pour la santé et l’environnement. ( Articles et études sur www.actu-natpro.be ). Il n’est dès lors plus à démontrer que la décision prise par la Commission de ré-autoriser pour 5 ans le glyphosate était irresponsable !

Nature & Progrès et le Pan demandent à ce que dès 2018, des mesures soient prises pour une interdiction européenne de la licence d’utilisation avec phasing-out de 3 ans.

Profitons de ces années de sortie pour travailler sur les alternatives : encourageons nos agriculteurs à développer des techniques alternatives au glyphosate. Les alternatives existent ! ( www.walloniesanspesticides.com )

Depuis le début de l’année 2017, Nature & Progrès a lancé sa campagne «  Vers Une Wallonie sans pesticides, nous y croyons ! ». Notons qu’en Belgique, le glyphosate est avant tout un herbicide de confort et non de nécessité. Au niveau agricole il est principalement utilisé pour le traitement après récolte ou en pré-semis. Les techniques alternatives de désherbage existent en l’occurrence le travail du sol qui est tout aussi efficace que le désherbage chimique et de plus favorise la vie du sol et limite les possibilités d’érosion.

Dans quelques semaines, les terres labourées sont préparées pour le semis. Elles ne pourront donc contenir d’adventices….

I y a certes la méthode Round Up, peu chère pour l’agriculteur mais très chère pour l’environnement et le portefeuille du citoyen ! En effet, dans ce cas, la terre de culture est traitée dans sa globalité alors que les adventices ne sont présents que sur une petite partie.

La méthode efficace et respectueuse du sol est de passer plusieurs fois sur la terre en la travaillant superficiellement afin de déchausser les adventices et de les épuiser.

Dès lors, Nature & Progrès et le Pan Europe demandent au ministre fédéral de l’agriculture de tout mettre en œuvre pour sortir le glyphosate de nos campagnes. Pour ce faire, il faut interdire son usage sur des parcelles partiellement couvertes ( c’est-à-dire plus de glyphosate en pré-semis ni en déchaumage). Il fait également organiser la promotion des techniques alternatives.

Enfin, Nature & Progrès pense qu’il faut répercuter sur les firmes qui commercialisent le glyphosate, les coûts engendrés par la pollution de notre environnement . Ce n’est pas aux citoyens à prendre en charge les dégâts causés par cette molécule !

 

Nous défendons l’idée d’un environnement qui répond à la demande des citoyens et l’idée d’une démarche participative.

Travaillons ensemble pour faire évoluer notre région qui sera donc la première à œuvrer en ce sens et dont l’expertise pourra dès lors être valorisée. Sans oublier le levier potentiel que la Wallonie deviendra pour l’Europe.

Nature et Progrès a la volonté de rassembler tous ceux qui désirent opter pour une Wallonie sans pesticide pour travailler ensemble à la recherche et au développement d’alternatives permettant de libérer notre région des pesticides.

 

Contact presse : Marc FICHERS, secrétaire général de Nature & Progrès Tél. 081/32.30.52 – GSM. 0473/65.36.32

Anne-Sophie GODART, chargée de communication de Nature & Progrès Tél. 081/32.30.53 – GSM. 0479/27.64.74

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s