Nature & Progrès a ouvert ses portes pour une édition » Alternatives aux pesticides » !

Nature & Progrès a ouvert ses portes avec une édition spéciale «  Alternatives aux pesticides » !

 

 

Hier après-midi, plus de 50 personnes ne sont réunies dans le jardin didactique de Nature & Progrès à Jambes !

L’occasion tout d’abord de se retrouver, de se faire rencontrer la communauté d’acteurs engagés dans le projet «  Vers une Wallonie sans pesticides, nous y croyons ! » et surtout l’occasion de découvrir des démonstrations d’alternatives aux pesticides.

 

 

 

 

Un peu d’histoire sur nos Portes Ouvertes

 

Du printemps à l’automne 2017, Nature & Progrès offre plus de 60 possibilités d’échanger, de rencontrer et d’apprendre, grâce aux Portes Ouvertes de ses membres. (http://www.natpro.be/po/index.html)    Cette année, l’accent est mis sur les alternatives aux pesticides!      Notre alimentation du XXe siècle s’est développée sur un modèle globalement axé sur la productivité des cultures et sur l’intensification des techniques. Des variétés végétales de plus en plus performantes ont été mises au point, pourtant d’autant plus fragiles et sensibles aux maladies qu’elles permettaient d’atteindre de hauts rendements, tandis qu’on les fragilisaient par l’emploi d’engrais azotés chimiques. Il fallait donc trouver des moyens pour les protéger, des maladies et ravageurs… Et l’option a été choisie de développer la lutte chimique contre les maladies et ravageurs – herbicides, fongicides et insecticides – chimiques de synthèse. Actuellement, on parle de «dépendance de l’agriculture aux pesticides» tant ces produits sont devenus «incontournables» pour protéger nos cultures et même pour certains jardins. Du moins, c’est encore ce que certains pensent…

Loin de résoudre les problèmes de maladies et de ravageurs, les pesticides chimiques de synthèse ont montré leur dangerosité : impact sur la santé, pollution de l’environnement , dépendance de notre agriculture,… il faut maintenant envisager une autre façon de produire nos aliments.     C’est pour  cela, que cette année, Nature & Progrès a lancé une vaste campagne visant à promouvoir le développement d’alternatives aux pesticides chimiques.

 

La Campagne

 

Le « Vers une Wallonie sans pesticides nous y croyons » vise à éliminer l’usage de tous les produits phytopharmaceutiques de Wallonie. En effet, les politiques de réduction des pesticides tentées dans différents pays ne portent pas leurs fruits : on parle de réduire les quantités de produits utilisées (mais en travaillant parfois avec des produits plus nocifs à de faibles doses !), de travailler sur les conditions de pulvérisation pour limiter les dérives dans l’environnement… Finalement, la recherche d’alternatives pour se passer purement et simplement des produits passe au second plan. Il est donc nécessaire de donner un objectif ambitieux à la Wallonie, un cap, associé à une échéance : 2030.

 

 Un véritable projet pour notre région    La campagne est un véritable projet, qui rassemble différentes acteurs conscients que l’avenir de la Wallonie n’est pas dans le chimique. Ces acteurs sont les agriculteurs bio qui veulent partager leur savoir et inspirer de leurs techniques innovantes l’agriculture conventionnelle, les agriculteurs conventionnels qui souhaitent réduire et à terme supprimer l’utilisation de phytos, les centres de recherche qui peuvent concentrer leurs énergies sur les alternatives aux phytos, les écoles et centres de formation qui peuvent enseigner prioritairement voire exclusivement ces alternatives… Mais n’oublions pas non plus les citoyens, les pouvoirs publics et les politiques qui choisissent de refuser le chimique et de développer les alternatives. Le projet dépasse donc largement la sphère agricole et la sphère bio, il est un véritable projet de société pour notre Wallonie.

 

La communauté rassemble déjà 800 acteurs engagés. A l’occasion de cette porte ouverte, le Ministre de l’environnement s’est engagé lui aussi, à son tour, en s’inscrivant dans cette communauté.

 

.