Nature & Progrès en commission Environnement du Parlement de Wallonie

Nature & Progrès Belgique est ce jeudi 2 février 2017 auditionné en commission environnement du Parlement de Wallonie. Les auditions visent à définir une stratégie d’interdiction des pesticides aux néonicotinoïdes en Wallonie. Cette proposition a été déposée par Mme Morreale, Mme Courard , Mottard, Mme Kapompole et M Devillers.

 

Nature & Progrès est heureux de pouvoir s’exprimer en tant qu’expert sur le projet de résolution.

 

Les néonicotinoïdes sont une classe de produits toxiques employée comme insecticides agissant sur le système nerveux central des insectes. Ces substances sont utilisées principalement en agriculture pour la protection des plantes (produits phytosanitaires) mais aussi par les particuliers ou les entreprises pour lutter contre les insectes nuisibles à la santé humaine et animale (produits biocides).

Les néonicotinoïdes sont les insecticides les plus utilisés dans le monde pour la protection contre les insectes parasites des cultures et des animaux, aussi bien d’élevages industriels (volailles, ovins) que domestiques (colliers insecticides pour chiens et chats). Ils ont pris la place de plusieurs autres insecticides, notamment le DDT. Au niveau mondial, les néonicotinoïdes représentent un quart, en volume, des ventes totales d’insecticides.

 

Les néonicotinoïdes ont des effets néfastes sur la santé. Ces produits ont des effets indirects sur le système nerveux. Ces substances sont aujourd’hui reconnues comme perturbateurs endocriniens.

Nous parlons ici de la santé des agriculteurs, d’abord mais également de celle des consommateurs. En effet, les néonicotinoïdes sont utilisés sur différentes cultures comme les racines, le basilic, les petits fruits, les pommes etc.

Nature & Progrès est une association de producteurs ET de consommateurs active dans la promotion de l’agriculture biologique. Pour Nature & Progrès, l’alimentation doit être produite dans le respect de l’homme et de son environnement.

 

Les néonicotinoïdes sont des produits systémiques et persistants : ils envahissent tous les tissus de la plante, jusqu’aux fleurs.

Depuis plus de 10 ans, Nature & Progrès s’intéresse à la problématique abeilles/pesticides. L’impact des néonicotinoïdes a été prouvé dès 2006 dans un colloque organisé par Nature & Progrès à Namur. Quelques dizaines de grammes de néonicotinoïdes suffisent à traiter un hectare et rendent les plantes qui y poussent toxiques durant de nombreux mois ( dans certains cas plus de 10 ans ! ). De faibles doses de l’imidaclopride entraîne des troubles du comportement chez les abeilles.

 

Cela fait plus de 10 ans que les ruchers périclitent et que les abeilles sauvages disparaissent, plus de 10 ans que les acteurs des filières recherchent des moyens de minimiser les risques alors que ce sont des alternatives qu’il faudrait rechercher.

 

Alors Nature & Progrès pose aujourd’hui deux questions :

  1. Est-ce normal qu’une molécule aussi dangereuse soit en libre-service dans les jardineries ?
  2. Est-ce normal que les colliers antipuces contenant des néonicotinoïdes soient encore vendus quand on sait que les animaux sont notamment en contact avec un public sensible comme les enfants ?

 

L’avenir de notre agriculture n’est pas dans les pesticides. Nous avons lancé fin d’année 2016 un projet «  VERS UNE WALLONIE SANS PESTICIDES , NOUS Y CROYONS ». Rejoindre ce projet, c’est :

  • S’engager dans les alternatives à mettre en œuvre
  • Interdire dès demain l’utilisation des pesticides par les particuliers et les pouvoirs publics
  • Réorienter la formation agricole vers les techniques alternatives
  • Organiser la formation et l’accompagnement des agriculteurs
  • Arrêter de faire croire que la rentabilité agricole passe par des intrants coûteux tant pour le fermier que pour le contribuable
Partager nos infos ! Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *