Conférence Internationale: OGM, pesticides, j’ai le droit de savoir et de choisir !

Jeudi 26 janvier 2017

Une conférence qui s’annonce riche, avec des intervenants de qualité à l’expertise avérée. Des débats intenses relatifs à la nécessité et à l’importance d’instaurer, en Belgique, un label « nourri sans OGM » pour les denrées alimentaires d’origine animale qui satisfasse toutes les parties prenantes

Cette conférence est financée par le Ministre Régional de l’Environnement, Monsieur Carlo Di Antonio, par le Ministre Régional de l’Agriculture, Monsieur René Collin ainsi que par crowdfunding, grâce à la générosité des membres de Nature & Progrès Belgique et de la société civile.

Elle est coordonnée par

  • Catherine Wattiez, chargée du projet OGM-pesticides
  • Marc Fichers, Secrétaire Général de Nature & Progrès Belgique

 


 

Informations pratiques

Tensions au sein de la filière avicole

Le secteur bio est en constante évolution.
Réjouissons-en-nous. Les consommateurs sont de plus en plus friands et le marché est rentable.
Un secteur s’est particulièrement développé au sein de la filière ces dernières années : celui des œufs bios.
On peut parler d’une croissance exponentielle

 

Source : www .biowallonie.be

Quel est le problème qui se pose ?

Aujourd’hui, certains intrépides futurs aviculteurs voudraient installer des unités de production de 12000-18000 poules. Ils demandent d’ailleurs que les règles du bio soient adaptées pour permettre l’installation de ces poulaillers : les normes de configuration des bâtiments et les normes des parcours extérieurs.

Comme nous le disions plus haut, il y a une demande forte pour des œufs bio qui tirent les prix vers le haut et créé un vif intérêt des producteurs. Mais, le jour où il y aura un bâtiment de trop, le marché tirera les prix vers le bas. Il ne sera pas possible de réduire le volume d’œufs et il sera malheureusement trop tard pour faire marche arrière. On risque de se retrouver dans la même situation que dans le conventionnel : un marché maîtrisé par les acheteurs.

Nature & progrès n’est donc pas partisan de courir après le marché. Des unités de deux fois 3000 poules sont suffisantes pour assurer un revenu à l’agriculteur.

Pas de souci à ce que le secteur croisse mais cela doit se faire dans l’intérêt des agriculteurs qui doivent conserver une maîtrise des prix de vente et dans l’intérêt des consommateurs avec le maintien de normes bio rigoureuses.

Chez Nature & Progrès, nous croyons en l’agriculture familiale. Nous sommes convaincus qu’il vaut mieux produire 30.000 œufs au départ de 5 fermes familiales plutôt qu’au départ d’une seule entité de production.

Nous demandons que les normes du bio soient reprécisées afin de permettre l’installation d’unités de production de maximum deux fois 3000 poules entourées d’un parcours extérieur. Cela permettra de garantir un développement harmonieux du secteur bio.

Ecoutons les agriculteurs et les consommateurs bio avant d’écouter les sirènes du marché.

Attention donc à ne pas tomber dans le monopole du marché et de veiller à des structures attenantes aux fermes bios existantes.

Cap vers une Wallonie sans pesticides

une-wallonie-sans-pesticides-cest-lalternative-a-laquelle-nous-croyons

« Une Wallonie sans pesticides, nous y croyons ! »

L’année 2016 se termine et on en retiendra notamment le débat autour d’une Wallonie Zéro-pesticides. Les enjeux environnementaux et de santé nécessitent des actions rapides sur l’ensemble de nos comportements Nature & Progrès voit ce projet « Une Wallonie sans pesticides » comme un outil complémentaire au développement de l’agriculture biologique pour œuvrer à libérer notre environnement des pesticides. ! il ne s’agit pas ici de réduire les doses de pesticides, d’améliorer les conditions d’utilisation mais bien d’opter pour un choix radical de rechercher, développer, mettre en œuvre toutes les alternatives pour qu’à l’avenir notre environnement soit libéré des pesticides.

On ne veut pas moins de pesticides, on n’en veut plus du tout !

Aujourd’hui de plus en plus de citoyens font le choix de travailler sans pesticides. Dès 2019, les communes opteront également pour ce choix. C’est un fait : les alternatives aux pesticides se développent. Saisissons cette chance : la Wallonie adopte une position de précurseur. Le projet « Une Wallonie sans pesticides » n’a pas d’équivalent en Europe En effet, les politiques jusqu’ici définies dans les autres pays parlaient de réduction des pesticides et cela n’a pas amélioré la situation de notre environnement, de notre santé ou de la rentabilité de l’agriculture : on parle de réduire les quantités de produits utilisées (mais en travaillant parfois avec des produits plus nocifs à de faibles doses !), de travailler sur les conditions de pulvérisation pour limiter les dérives dans l’environnement… Finalement, la recherche d’alternatives pour se passer purement et simplement des produits passe au second plan. Il est donc nécessaire de donner un objectif ambitieux à la Wallonie, un cap, associé à une échéance : 2030.

Une démarche multi acteurs

Le projet dépasse largement la sphère agricole et la sphère bio, c’est un véritable projet de société pour la Wallonie. Nature & Progrès défend l’idée d’un environnement qui répond à la demande des citoyens et l’idée d’une démarche participative.

Travaillons ensemble pour faire évoluer notre région qui sera donc la première à œuvrer en ce sens et dont l’expertise pourra dès lors être valorisée. Sans oublier le levier potentiel que la Wallonie deviendra pour l’Europe.

Nature & Progrès a la volonté de rassembler tous ceux qui désirent opter pour une Wallonie sans pesticide pour travailler ensemble à la recherche et au développement d’alternatives permettant de libérer notre région des pesticides.

Nature & Progrès entame une série de consultations citoyennes, de rencontres avec les utilisateurs des pesticides et dans un second temps de rendez-vous avec les décideurs afin de cheminer ensemble dans ce projet Wallonie sans pesticides.

Notre démarche se veut positive et fédératrice. La première consultation aura lieu le jeudi 19 janvier à Philippeville. Les autres dates et autres lieux seront bientôt disponibles sur la page Facebook de Nature & Progrès.

Nature & Progrès veut relever le défi d’une Wallonie libérée des pesticides. Nous croyons qu’ensemble, c’est possible !!